L’été continue en juillet 2020 : semis, repiquages, mauvaises herbes à sarcler ou à arracher, semences à garder, récoltes de pommes de terre et la menace de l’aminopyralide

L’été continue en juillet 2020 : semis, repiquages, mauvaises herbes à sarcler ou à arracher, semences à garder, récoltes de pommes de terre et la menace de l’aminopyralide

This post is also available in: English (Anglais)

Le mois de juin a été chaud et avec des conditions météorologiques mitigées, y compris des précipitations décentes ! 107 mm jusqu’à présent. La pluie de juin est la meilleure pour les plantes, après la poussée de croissance du printemps. Ici à Homeacres, elle a sauvé mes pois et fait grossir mes pommes de terre et les autres légumes-racine. Regardez ma nouvelle vidéo sur la culture des pommes de terre pour des conseils de stockage et de récolte ainsi que pour des recettes délicieuses !

L’ensoleillement a été de 20% supérieur à la moyenne. Les températures de 16C / 61F en moyenne nuit et jour sont de 1C au-dessus de la normale.

Chou-fleur Purple Graffiti F1 juste 65 jours après repiquage, sous une voile anti-insectes

Vue sur le côté nord-est de Homeacres, le 22 juin

Petits pois à écosser semés en mars et repiqués, Starlight la variété star (AGM)

*AGM – Agricultural Garden Merit – prix reçu par les variétés exceptionnelles

Faire son compost

Reste un sujet très commenté ! Mes vidéos sur Instagram ont suscité beaucoup d’intérêt, 73 000 vues et j’espère que le lien fonctionne !

En été la plupart d’entre nous ont surtout des matériaux verts. Pour créer un bon compost, le secret est de trouver – ou de conserver en hiver – environ 40% de matériaux bruns. Ainsi nous pouvons équilibrer les apports verts. Comme apports bruns vous pouvez utiliser :

    du papier mat, non brillant

    des petits morceaux de bois déchiquetés

    ou tout type de matériau fibreux – déchets d’élagage ligneux, tiges de plantes

1 Tas rempli entre novembre et avril : Edward utilise une fourche pour brasser le compost jusqu’en bas.

2 Puis vous pouvez déplacer le compost sur un nouveau tas à la fourche après avoir décompacté et cassé les mottes. Ainsi nous rajoutons de l’air au mélange

Pois de senteur en non-travail du sol avec une tipi en bois de noisetier. Le tas de compost commencé il y a 2 semaines derrière à gauche et à droite le tas de mai – juin.

Les mauvaises herbes

Connaissent une poussée accélérée en été. Les graines commencent à germer après la moindre pluie et il faut soit les arracher à la main, soit passer le sarcloir au stade de petite plantule à peine visible. Regardez les photos suivantes.

Récemment, la principale difficulté a été les graines de pissenlit apportés par le vent qui restent prises dans les copeaux de bois. La couche de copeaux est mince et nous pouvons les biner.

Semis de pissenlit dans une allée, environ une semaine après la germination ; ils peuvent être sarclés ou arrachés à la main

Le sarcloir mobile coupe sans effort avec sa lame fine les tiges des mauvaises herbes près de la surface. Il est en cuivre.

Surface sarclée à gauche et pas encore sarclée à droite. Mauvaises herbes suffisamment perturbées pour ne pas repousser, perturbation minimale. Non-travail du sol.

Fin juin début juillet – nouvelles repiquages

Ma serre est pleine ! C’est comme le printemps, et le 28 juin est une grande session de repiquages. Il y a dix jours, nous avons transplanté des haricots verts, des choux de Bruxelles, des betteraves et des poireaux. Il y en a encore à repiquer !

Les haricots à rames et les haricots nains vient66 d’être transplantés le 17 juin, après les dernières récoltes d’aneth et de fenouil de Florence.

Dix jours plus tard et nous avons les premiers signes de croissance. Le filet protège des lapins et du vent, lorsque les plans sont petits.

Planches de carotte suffisamment récoltée pour repiquer des choux de Bruxelles le 1er juin à partir d’un semis du 9 mai.

Semez maintenant

Toutes les salades sont bonnes à semer maintenant, SAUF pour la famille des choux (roquette, moutarde, etc). Elles montent en fleurs rapidement après avoir été semés en début ou au milieu de l’été et subissent de nombreux dommages causés par l’altise du chou. Semez en août !

Mon top semis début juillet est la chicorée à cœur plein voir mon vidéo sur le Radicchio pour plus de détails.

Semer sous couverture du début à la mi-juillet – chou-rave, laitue, betterave à feuilles, blettes, endives, chicorées, fenouil de Florence, cerfeuil, coriandre. Plus les betteraves rouges et les choux de Savoie pendant la première semaine de juillet.

Semer les carottes à l’extérieur dès que possible.

Nous allons très prochainement transplanter les blettes. Puis le brocoli le 10 juillet, après la récolte des fèves. Les laitues transplantées cette semaine ont 25 jours et vont commencer à produire à la mi-juillet, pour prendre le relais des premières récoltes.

Tant de plants de laitue à repiquer pour les sacs de jeunes pousses de salade d’été jusqu’au début de l’automne !

Encore des laitues, et de chicorées derrière le brocoli pourpre pour les récoltes du printemps prochain, et aussi du brocoli pour l’automne !

Blettes multi-semées, 2-3 graines par cellule, en modules Containerwise 40L, peuvent devenir assez grandes en attendant que les lits soient débarrassés des premières récoltes.

Pommes de terre

Mes variétés précoces ont eu des rendements variés. Dunluce est léger en rendement et d’une saveur supérieure. Casablanca est le contraire, à notre avis. La saveur est tellement subjective ! J’ai apprécié Epicure, ils sont trop beaux, lisses et jaunes !

Les Charlottes seront prêtes sous une dizaine de jours. Beaucoup de gens trouvent que leur saveur est agréable !

Charlotte le 26 juin, 11 semaines depuis la plantation des pommes de terre qui ont aussi poussé ici l’année dernière ; sixième année sur le même lit.

Je récolte des pommes de terre Casablanca après avoir arraché toutes les tiges d’une plante ; 1,6 kg par plante, 3,5 livres.

Événements

Les annulations se succèdent. Début juillet aurait été le moment du RHS Hampton Court Flower Show. Nous avons été invités à créer un jardin RHS sans travail du sol et Steph aurait été là pour le construire, avec Chris Smith de Pennard Plants.

Après avoir dû annuler l’événement en juillet, le RHS est repartie pour septembre. Cela a été également annulé et prévu pour le juillet prochain. Ont également dû annuler les expositions RHS à Cardiff et à Chatsworth en 2021, car ils sont moins rentables, et les RHS ont perdu beaucoup d’argent cette année, comme tant de personnes et d’organisations.

Pendant ce temps, les producteurs de composts Dalefoot organisent un concours, avec quelques prix de notre part. Cela va avoir lieux en ce moment parce qu’ils devaient être au salon et avec leur compost dans notre jardin d’exposition.

La journée portes ouvertes des Homeacres le 6 septembre pourrait encore avoir lieu, en tant qu’événement à nombre de personnes limité et payant. Détails à confirmer.

Le dessin d’Helen Thomas de notre jardin sans travail du sol pour l’exposition, nous espérons que cela se produira en juillet 2021 !

Les livres des prix pour le concours de compost Dalefoot, annoncé début juillet.

Notre jardin sans travail du sol à Hampton Court RHS carte explicative par Nicholas Maskell.

Variétés de courgettes

Les photos montrent les différences de variété, croissance et rendement. Je cultive principalement la Cocozelle, qui a plus de feuilles que les deux variétés F1, pour une quantité similaire de fruits.

Cocozelle di Napoli de Vital seeds, OP, semée le 11 avril, repiquée le 2 mai.

Athèna di Polka F1 de Mr Fothergills semée le 11 avril, repiquée le 17 mai.

Defender F1 de Mr Fothergills semée le 11 avril, repiquée le 17 mai.

Entresemer et entreplanter

Le jardin est bondé en été. Planter des graines et repiquer des plans entre d’autres légumes dont l’heure de fin de récolte approche, est un moyen de maximiser l’espace et d’augmenter la durée de la saison.

Voir mon cours en ligne pour une explication détaillée sur la succession des plantations.

Les tomates ont été repiquées entre l’ail et juste après la récolte d’épinards, à l’extérieur dans le petit jardin.

Carottes semées début juin entre les laitues que nous cueillons chaque semaine, à récolter encore pendant 1 à 3 semaines.

Parfois je repique parmi les oignons mais le repiquage très serré des oignons cette année ne me laisse aucune place !

Faire ses les graines

C’est la saison pour s’y préparer, par exemple en laissant quelques haricots et pois à rames français non cueillis et une laitue à fleurir. Ces légumes ne permettent pas la pollinisation croisée, donc les graines sont viables à partir d’une seule plante, et ne se croiseront pas avec les plantes voisines de variétés différentes. Il en va de même pour les tomates.

Les fèves se pollinisent de façon croisée, vous aurez donc un mélange variétal dans vos graines, si vous cultivez par exemple Green Windsor et une variété à grande taille, même si elles sont situées à une très longue distance. Un jardin voisin est peut-être même assez proche. A Homeacres nous cultivons seulement Aquadulce Claudia.

Deux plants de haricots verts Cupidon non cueillis dans le polytunnel, pour faire des graines.

Gousses de fèves en train de sécher pour les graines sur une section de la parcelle non-récoltée et les graines seront prêtes en 2 à 3 semaines.

Laitue Rouge Grenobloise semée en septembre, cueillette des feuilles en hiver, cueillette arrêtée en mars, deux plantes presque en fleurs.

Aubergines

Pour tous les cultivateurs d’aubergines débutants, ne sous-estimez pas leur besoin de chaleur ! J’ai normalement une première récolte début juillet, en serre.

Jusqu’à présent, cette année a été exceptionnelle en ce qui concerne la chaleur. J’ai déjà une petite récolte à l’extérieur, sur une parcelle ou j’ai déposé le fumier de cheval encore chaud sous la couche supérieure de compost, regardez cette vidéo pour plus d’informations.

Thai Long Green dans la serre, plante de Stephanie Hafferty.

Pot Black à l’extérieur sur une couche chaude plante de Stephanie Hafferty.

Une aubergine de chez Franchi, je dois chercher son nom, à l’extérieur sur la couche chaude.

Désherbeurs pyralides

Cet horrible problème ne disparaît pas – en fait, il empire et des milliers de gens subissent leurs effets, beaucoup sans le savoir. Regarder mes vidéos pour vérifier les symptômes, l’enroulement des feuilles vers l’intérieur et les nouvelles feuilles rabougries.

Il semble qu’il y ait un peu (cela suffit pour créer des problèmes) dans les composts aussi divers que Arthur J Bower, Earthcycle sans tourbe et Pro Grow. Je reçois de nombreuses photos des jardiniers inquiets dont aucune, selon mon expérience, n’est un “déséquilibre nutritionnel” ou “causé par le non-travail du sol”, ce que les vendeurs aiment affirmer. Ou produite par un compost “trop ​​riche”. Soupir !

Ne vous laissez pas tromper par une telle excuse et signalez les problèmes au CRD mais à l’adresse e-mail ci-dessous.

Les sources de ce puissant poison comprennent le désherbant Grazon et de nombreux produits pour la PELOUSE ! D’où le problème des composts de déchets verts, que quelqu’un doit résoudre rapidement, avant que nous commencions à ne plus leurs faire confiance.

Photo envoyée par un jardin, cette pomme de terre pousse dans le compost J Arthur Bower

Lit rempli de compost JAB au printemps, planté avec des pommes de terre et des haricots

Le jardinier n’était pas sûr de l’origine de ce problème, elle en a utilisé deux composts différents. Des plants de tomates empoisonnées, les symptômes classiques des Pyralides.

Communiqué de presse Juin 2020

Dommages inquiétants aux plantes dus à la contamination par des herbicides dans le compost : les organisations biologiques prennent position

En 2019, les jardiniers ont remarqué des dommages importants sur certaines cultures – en particulier des légumes annuels qui ont montré une croissance faible et retardée. On pense que le problème vient des résidus de désherbants persistant dans le compost et le fumier.

Plusieurs rapports circulent sur les médias sociaux. Le jardinier professionnel et promoteur très connu de la méthode “sans travail du sol”, Charles Dowding a décrit le problème dans un article paru dans le Daily Telegraph en juillet 2019, ce qui a multiplié par six le nombre de jardiniers signalant des dommages similaires.

Un coupable probable a été identifié comme étant l’aminopyralide, substance chimique utilisé par les agriculteurs et les conseils locaux comme herbicide pour les champs. Quand l’herbe et les mauvaises herbes traitées avec ce produit chimique particulier sont incorporées dans le fumier ou le compost, ou données comme nourriture aux animaux dont le fumier est ensuite utilisé, les résidus persistent au compostage et peuvent contaminer le mélange avec un effet dévastateur.

James Campbell, directeur général de Garden Organic, a déclaré :

“Cet empoisonnement préoccupe énormément les producteurs et les jardiniers. Particulièrement angoissant car beaucoup n’ont peut-être pas encore fait la liaison entre les dommages causés aux plantes par le compost organique ou par le fumier dans lequel ils poussent. “

Garden Organic, la Soil Association et l’Organic Growers Alliance ont collaboré pour enquêter sur la contamination par les aminopyralides. Ils ont rencontré Corteva, le fabricant et distributeur de produits chimiques agricoles, qui fabrique ces herbicides mortels.

Corteva est en train d’étudier le problème. Mais leur connaissance des incidents réels est probablement incomplète car peu de producteurs connaissent l’existence de Corteva, ni les moyens de les contacter. Alors maintenant, les producteurs biologiques veulent la participation d’un évaluateur indépendant.

« Nous encourageons les producteurs qui pensent avoir été touchés à communiquer avec la CRD – Division de la réglementation des produits chimiques du gouvernement », a déclaré Peter Richardson, président de l’Alliance des producteurs biologiques. “En tant que membre du Health and Safety Executive, CRD surveille les incidents de contamination – qui se produisent toujours malgré leur leurs avertissements aux utilisateurs sur la façon d’utiliser les aminopyralides ” (voir ci-dessous dans les Notes aux rédacteurs). Nous pensons qu’il est plus simple et plus efficace si les producteurs envoient un e-mail à la fois à CRD et à Corteva.”

« Nous demandons au CRD de travailler avec Corteva pour trouver une solution durable à ce problème et de faire face à tout impact futur sur les producteurs utilisant du fumier ou des déchets verts / du compost municipal », explique Gareth Morgan, chef de la politique agricole et d’utilisation des terres à la Soil Association. . “Nous encourageons tous les producteurs qui pensent avoir été touchés à recourir au processus d’évaluation impartiale pour régler cette question une fois pour toutes. “

Si vous pensez que vos plantes ont été empoisonnées, envoyez des courriels électroniques à [email protected] et [email protected], avec le sujet “Contamination par les aminopyralides”.

    Notes aux rédacteurs

Afin de prévenir la contamination par les aminopyralides, le CRD a les directives suivantes pour tous les utilisateurs (agriculteurs et gestionnaires des pelouses d’agrément) des herbicides qui les contiennent :

    Ne pas utiliser de matériel végétal traité avec (nom du produit) pour le compostage ou le paillage.

Ne pas utiliser de fumier d’animaux nourris avec des cultures traitées avec (nom du produit) pour le compostage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *